Biographie

Après des années de bons et loyaux services, un petit diato désaccordé débarque en 1980 à Taverny, adopté par Josette Le Tron. La mère de Bruno ne se doute pas encore qu’elle n’aura pas le temps d’apprendre à dompter ses 21 touches de nacre, car l’accordéon a très vite une autre idée dans la boîte… il est tombé sous le charme du jeune homme de 17 ans.

L’attirance est réciproque, c’est le coup de foudre !

Dès lors, le petit Hohner se donne soufflet et âme à Bruno.
Démonté, bricolé, repeint, exploré, le son de ses anches résonne avec passion à longueur de journée. De poussés en tirés, sans aucun conformisme, les premières compositions pointent très vite le bout de leurs notes. Nourri de musiques traditionnelles bretonnes et auvergnates, Bruno l’autodidacte s’amuse…

Quelques années plus tard, la rencontre de Jean Blanchard et d’Evelyne Girardon sonne le début du professionnalisme. Avec eux, au sein de la Compagnie du Beau Temps, il participe à la création de spectacles alliant théâtre, chanson et musique traditionnelle (« Au-delà de l’eau », « Le grand festin »).
Parallèlement, en 1990, Bruno signe toutes les compositions et arrangements de son premier album, le célèbre « Valhermeil ».

Sa carrière est lancée.
La suite ne sera qu’une succession de rencontres, musicales bien sûr mais avant tout intensément humaines. Il sillonne les scènes françaises et internationales, développe son style à la fois énergique et empreint de sensibilité, sans jamais cesser de composer des dizaines, des centaines de morceaux dont les plus célèbres sont repris par des musiciens de tous horizons…

Il est l’un des membres fondateurs de différents groupes :

  • Maubuissons, dont il signe la plupart des compositions
  • Tref, création franco-belge autour de l’accordéon diatonique et des musiques européennes
  • Topanga, trio d’anches tout à fait original (cornemuse, harmonium, accordéon)
  • Vertigo, qui revisite les musiques néo-traditionnelles françaises

Bruno découvre les musiques balkaniques aux côtés de François Heim, avec qui il monte un duo.

Il participe aussi au projet international « Samuraï », quintet européen d’accordéonistes diatonique qui a remporté le grand prix du disque Charles Cros en 2011.

Enfin, il travaille actuellement sur un nouveau projet plus personnel : un concert quasi exclusivement basé sur ses nouvelles compositions, en duo avec le contrebassiste Laurent Cabané.
Titulaire d’un diplôme d’état à l’enseignement des musiques traditionnelles, il anime depuis une trentaine d’années de nombreux stages en France et à l’étranger.